News

Mouches de grenier, elles envahissent nos maison !

Des centaines de mouches dans le salon !

Parfois dans les maisons un peu retirées du village, les manoirs isolés, les vieux châteaux peuplés de fantastique, on nous rapporte d’étranges témoignages de dizaines de mouches, parfois des centaines de mouches, mortes ou encore bourdonnantes qui ont envahi une pièce ou un étage entier, les habitants terrorisés en tremblent. Quel étrange phénomène conduit à ramasser des centaines de mouches mortes à la pelle, pourquoi toutes ces mouches ? On peut évoquer des puissances surnaturelles, toutes ces mouches ont répondu à l’appel de Belzébuth roi des mouches. Peut être qu’en réfléchissant et en apprenant un peu des mouches, une explication plus scientifique est possible. Il existe plusieurs espèces de mouches, celles que nous croisons le plus souvent, mouche domestique, mouche bleue, mouche verte, mouches des étables, mouche du fromage, mouche à damier, mouche des greniers, mouche d’automne…

Mouche domestique

Musca domestica de son nom scientifique, la mouche domestique est probablement celle avec laquelle nous cohabitons le plus souvent, grise-noire, de gros yeux rouges et une trompe pour se nourrir, elle rentre dans nos habitations ce qui en fait l’un des êtres vivants le plus rependu sur la terre. Elle pond beaucoup d’œufs, des centaines, ils éclosent en une journée et se nourrissent de la matière organique en décomposition sur laquelle ils ont été pondus. Les mouches domestiques peuvent survivre au stade larvaire pendant l’hivers, plus il fait chaud, plus les mouches domestiques se développeront en nombre et en bonne santé. La mouche domestique est vecteur de pas mal de pathogènes, salmonelle, dysenterie, typhoïde, tuberculose, choléra et même des vers parasites. elle est parfois confondue avec la petite mouche domestique.

La mouche charbonneuse ou mouche des étables

La mouche charbonneuse renommée mouche des étables, de l’anglais « stable fly », ressemble à la mouche domestique, elle pond ses œufs sur les fumiers, les crottins, futur nourriture pour ses larves coprophages, un jolie mot pour dire que les larves se nourrissent d’excréments d’animaux. La encore, comme la mouche domestique, la mouche des étables se déplace avec son cortège de maladies, elle en transmet aux animaux aussi, fièvre porcine, anémie infectieuse, fièvre du Nil et même des nématodes (vers parasites). A l’age adulte, la mouche charbonneuse a la particularité de se nourrir de sang et donc de nous piquer !

Mouche bleue

Assez grosse et d’un bleue métallisé qui lui donne son nom, la mouche bleue nous suit à travers le monde. Elle traque les fruits fatigués, ramollis ou pourris, la viande ou le poisson, elle prévient les copines quand elle en trouve grâce à des phéromones. Les autres mouches bleues rappliquent et pondent leur œufs sur les aliments détectés, mais aussi dans nos ordures, ou sur les excréments (passion très répandu dans la famille des diptères). On retrouve aussi parfois la mouche bleue entrain de se bleuir en se chauffant tranquillement au soleil. La encore la mouche bleue transporte des maladies et parvient même parfois à pondre sur l’homme, chez les enfants mal traités par exemple. La mouche bleue est également capable d’hiverner et de patienter jusqu’à ce que la température remonte.

Mouche verte

Grosse mouche, la mouche verte pond ses œufs sur les habituels excréments, mais aussi sur des carcasses ou encore des tissus nécrosés. Cette dernière particularité intéresse le monde médicale, les larves des mouches vertes sont donc parfois utilisées pour nettoyer les plaies humaines.

Mouche grise ou mouche à damier

Egalement appelée mouche de la viande, son abdomen est gris, parfois noir, en damier, elle aussi se consacre aux divers excréments, mais elle a une spécificité qui la rend particulièrement intéressante, elle s’intéresse aux cadavres d’animaux. Ses larves sont les fameux asticots, voraces, ils dévorent donc les cadavres ce qui permet à la police scientifique d’utiliser la mouche grise pour dater la date de la mort… La mouche à damier transmet aussi des maladies comparables à celles des autres mouches en plus de celles liées aux cadavres fréquentés.

Mouche du fromage

La mouche du fromage est plus allongée mais plus petite que les autres mouches, son corps se termine de façon un peu pointu. Intéressée par les viandes et poissons, la mouche du fromage comme son nom l’indique, a une préférence pour nos fromages… Sa larve est particulièrement surprenante, l’asticot de la mouche du fromage est en effet capable de sauter d’une quinzaine de centimètres voltigeant d’un fromage à l’autre, on vous recommande le fameux fromage corse casgiu merzu… L’asticot volant de la mouche à fromage est également nécrophage, il s’intéresse aux cadavres, mais tardivement, le corps doit avoir entre 3 et 6 mois, sa présence permet donc d’aider la police. Moins amusant, on retrouve parfois les larves de mouches du fromages dans nos intestins, je vous épargne la liste des conséquences fâcheuses…

Mouche des greniers et mouche d’automne

Comme ses autres copines mouches, par exemple la mouche domestique à laquelle elle ressemble, la mouche des greniers passent une bonne partie de son temps sur les excréments. Cela dit, sa larve a besoin de parasiter les vers de terre avant de se métamorphoser en mouche. Si on l’appelle mouche de grenier c’est qu’au cours de l’automne, quand la température chute, elle s’incruste discrètement dans les habitations pour hiverner. On assiste parfois à des intrusions massives, des centaines de mouche en grappe, qui ressortent soudainement dans un pièce, attirées par la lumière de la fenêtre. Souvent elles meurent épuisées dans cette pièce et on doit évacuer toutes les mouches à la pelle, dans des sacs poubelles.

La mouche d’automne ne ressemble pas à la mouche de greniers, mais son comportement est assez semblable, en tout cas, les mouches d’automne rentrent elles aussi, tout comme les mouches de grenier, dans les habitations, se regroupant en grand nombre.

Il existe bien entendu d’autres mouches, beaucoup d’autres mouches, nous ne pouvons pas parler de toutes ! En voici quelques unes : La fameuse mouche à merde qui en générale est une grosse mouche domestique, ou une grosse mouche tout court, mouche verte ou mouche bleue, la mouche à merde ne correspond pas à une espèce en particulier… La mouche à miel, qui n’est rien d’autre qu’une abeille. La mouche tsé tsé, dangereuse mais elle n’existe pas sous nos latitudes.

La mouche dans l’art

La mouche est tellement présente dans notre quotidien que nous la retrouvons dans notre imaginaire et dans l’art, les mouches bourdonnent dans les chansons, le « si j’étais une mouche » de Polnareff, zobi la mouche des négresses vertes, on voit également passer des mouches au cinéma, « La mouche » célèbre film où l’on suit la lente métamorphose d’une être humain en mouche,  dans la peinture la mouche est très présente, symbole de mort en général, dans la littérature, « le roi des mouches » qui n’a rien à voire avec les mouches d’ailleurs, des fables de la Fontaine, la mouche et la fourmi, le coche et la mouche (une video par luchini https://www.facebook.com/LuchiniFan/videos/1851162798350264/) et de très nombreuses expressions :

gober les mouches (pour les gaston lagaffe), pattes de mouche (les écritures illisibles des médecins), enculer les mouches (tatillon pour rien), mouche à merde (les fouineurs), faire mouche (réussir), on n’attrape pas les mouches avec le vinaigre (la force n’est pas toujours la solution), fine mouche (personne rusée, intelligente), quelle mouche l’a piqué (quelqu’un qui « pète un plomb »), prendre la mouche (se mettre en colère, se vexer), ne pas faire de mal à une mouche (personne inoffensive), entendre une mouche voler (silence de cathédrale), tomber comme des mouches (mourir en grand nombre), les mouches ont changé d’âne (la situation a changé), regarder voler les mouches (être dans la lune) tirer les mouches au canon (utiliser des moyens disproportionnés) ou encore  la mouche (point noir ou grain de beauté), le poids mouches dans la boxe, les bateaux mouches parisiens…

Comment luter contre la mouche ?

Si vous êtes vraiment énervé, pas très efficace mais ça permet de se défouler une peu, armez vous de l’éternelle tapette à mouche, pour tuer beaucoup de mouche d’un coup rien de tel qu’un fumigène anti-mouche, vous pouvez aussi appliquer de la laque barrière à insecte en haut des murs ou autour des fenêtres (attention aux enfants et aux animaux), il existe aussi des diffuseurs insecticides anti insectes volants, et enfin un insecticide liquide à diluer et à pulvériser.

 

 

Punaises de lit, le gouvernement s’en gratte ?

Article précédent

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *